Depuis 3 ans, des signalements d’érables impactés par le champignon Cryptostroma corticale, responsable de la maladie de la Suie de l’érable, ont été recensés en Auvergne Rhône-Alpes. Attention, les spores de ce champignon sont hautement allergènes pour l’Homme.

En France, ce champignon affaiblissant rapidement les érables a été recensé après des périodes de sécheresses importantes (1950, 1991-1992 et 2005) puis en 2011 en régions Centre-Val-de-Loire, Bourgogne Franche-Comté et Pays de la Loire. Une enquête réalisée en 2019 par David Happe, conseiller arboriste, auprès de 102 professionnels de l’arbre a permis de constater la progression de cette maladie dans le temps, avec 49 foyers déclarés (contre 8 en 2006). Les résultats ont aussi montré la présence persistante de ce champignon (foyers de 10 à 15 ans) ainsi que sa répartition sur la quasi-totalité du territoire (la Corse n’a pas fait l’objet de signalement).

Ce pathogène touche en général des érables ayant subi un stress plusieurs années auparavant : sécheresse, canicule, arbre dominé, tassement de sol, orages violents, pollutions. Les spores de ce champignon sont propagées facilement par le vent et colonisent les arbres blessés.

Symptômes sur les arbres : 

  • Les symptômes sont d’abord discrets lors de la première année d’infection : branches sèches, feuillage chlorotique, recroquevillé, desséché, mais ne tombe pas jusqu’à l’automne.
  • Au printemps suivant : le champignon progresse dans le bois avec apparition de boursouflure sous l’écorce. Cette dernière va éclater et se détacher en laissant apparaître une couche poudreuse d’un millimètre d’épaisseur noirâtre d’aspect de suie. Il s’en suit un brunissement des feuilles, un dépérissement des ramifications de cime ou de l’arbre entier.
  • Une décoloration anormale de couleur brun verdâtre à jaune peut apparaitre lors d’une coupe transversale. Puis, le mycélium va se développer sous l’écorce (feuillets blanchâtres) et libérer le champignon en créant des lésions qui à leur tour laisseront passer les spores du champignon sous forme de couche poudreuse de couleur noire. Au printemps suivant, l’arbre mourra rapidement.

Ce champignon n’est pas un agent infectieux pour l’Homme. Mais ses spores sont hautement allergènes et peuvent induire des troubles respiratoires importants pour les opérateurs et riverains.

Pour limiter les risques de propagation du Cryptostroma corticale, il est conseillé d’aménager vos parcs en respectant les facteurs écologiques de l’érable : demi ombrage, répartition disséminée dans l’espace, sol riche et bien aéré. Dans le cas où la maladie est présente, il faut abattre rapidement les arbres contaminés en période hivernale afin d’éviter l’expansion de la maladie à d’autres arbres.

Info en + :

Les spores allergènes de Cryptostroma corticale peuvent provoquer une pneumopathie d’hypersensibilité dite alvéolite allergique extrinsèque, connue sous le nom de maladie des écorceurs d’érable. Les symptômes sont de la fièvre, des frissons, de la toux et une sensation de constriction thoracique. Ils disparaissent au bout de 12 heures à plusieurs jours, après cessation de l’exposition.

Sources :

C.MARTINS, Directrice adjointe Responsable Pole Santé des Végétaux, FREDON AuRA 

B.COCHARD & al. (2015). Cryptostroma corticale, agent de la suie de l’érable.

C. Hsieh & al. (2020). Hypersensitivity Pneumonitis.