En Nouvelle-Calédonie, Ochrogaster circumfumata, la chenille de la Processionnaire du gaïac prolifère et entraine des réactions allergiques dans la population.

En août 2021, la Direction des Affaires Vétérinaires, Alimentaires et Rurales (DAVAR) de Nouvelle-Calédonie a signalé la forte présence de ces chenilles dans la commune de Boulouparis. Comme les chenilles des Processionnaires du pin et du chêne en métropole, les chenilles de la Processionnaire du gaïac présentent des soies urticantes.

Ces chenilles sont associées aux milieux littoraux de forêt sèche dégradée et en particulier les gaïacs. Elles ont une activité nocturne et se trouvent, en journée groupées dans un « sac de soie », dans la végétation ou au sol au pied de la plante hôte où s’accumulent les déjections et les soies. Elles font une partie de leur cycle au sol et au moment de faire leur chrysalide, elles abandonnent de grandes quantités de poils urticants souvent dans le sac de soie qui les a hébergé pendant leur vie larvaire.

Le Faux Gaïac ou Gaïac (Acacia spirorbis) est un arbre au tronc souvent tordu pouvant atteindre 10 mètres de haut. Répandu en Nouvelle-Calédonie et en Australie, ses fleurs sont jaunes et son feuillage vert olive.

Voici quelques recommandations des vétérinaires de Nouvelle-Calédonie, si vous voyez ces chenilles, ou si vous êtes dans une zone fortement infestée :

  • ne pas s’approcher, ne pas toucher les cocons, ni les chenilles ;
  • ne pas se promener sous les arbres infestés et surveiller notamment les zones de jeux des enfants et animaux ;
  • en cas de promenade en zone possiblement infestée, porter des vêtements longs, un chapeau et des lunettes.

 

Sources :